“It is You, the Gift”: A Poem for Abby on her 9th Birthday

My sweet and beautiful Abby turns 9 years old today. Help me wish my princess a lovely and Happy Birthday 🎉🎂🌹.

I wrote this poem for Abby.

“It is You, the Gift”

The angels shouted for joy on the day God transferred his breath in you.

He wrote your name in big Blue letters in the sky,
alerting sons and daughters a divine princess is given
to be their light and their guide.

A signals your “amour” is kind and delight.
B reminds us your “beauty” will sustain life and make us laugh.
B highlights your characteristic as daddy’s “beloved” and the “butterfly” of our sun.
Y shouts your “years” will have no end…you define “yourself” in glory and splendor.

On the day He made you and penned your name with eternal ink,
which will not fade away,
nor will it be erased forever,

The sun released his brightest energy and exploded with radiant rays, but your favorite color stood out.

Streaming through celestial gaps in clouds,
you separated darkness and light,
humanity and angels,
boys and girls,
with the shadow of your smile.

The moon clothed herself in humility and handed you a rose🌹 to sing your praise.

A new galaxy was born to celebrate your divine beauty and nobility.

The highest star touched the surface of the earth to welcome you,
and follow your lead.

In the heavens, there arose a new song,
a melody of joy and hope
to erase all false memories on planet earth.

Here you are today, the divine in our midst,
a young lady clothed with the colors of the stars,
refreshing our soul,
making humanity young again
to reach the Divine.

“On Religion and Science”

“On Religion and Science”

Ancient civilizations, such as ancient Egypt (3150-31 BC), ancient Babylon, ancient Greece (800-146 BC), ancient Rome, Inca civilization (1200-1542 AD), ancient China (2100-221 BC), Maya civilization (2000 BC- 16th century), Medieval Islamic civilization, etc., clearly demonstrate that both science and religion can coexist and that faith and reason are indeed compatible. For example, some of the ancient priests in the Pharaohnic Egyptian and Babylonian civilizations, as well as high-ranking religious leaders in Medieval Islam and West African kingdoms were not only great scientists and mathematicians; they were also great people of faith, committed religious individuals. This intimate rapport and tradition between religion and science was maintained throughout the ancient world.

It is only in the West, beginning with the birth of radical and atheistic Enlightenment modernity, that European thinkers began to question the usefulness of religion in both the private and public lives, and interrogated the rapport between science and religion, if there’s any.

By any means am I saying that European Enlightenment thinkers were the ones to first espouse atheism and radical secular humanism or to separate science and religion. Of course, atheists and non-theistic humanists have always existed throughout human history. Yet in modern West, the quest to divorce science and religion and to show the incompatibility between faith and reason has increasingly become an intellectual passion, even a cult: the cult of reason and the worship of science.

“End-of-the Year Reflections: A Few Academic Things I’ve accomplished in 2021”

“End-of-the Year Reflections: A Few Academic Things I’ve accomplished in 2021”

As I get closer to the end of this academic semester and year, I begin to reflect on a few things that I have accomplished in the academic year 2021. My brain is literally exhausted and has no more room for additional academic works or intellectual musings. In the fall semester 2022, I will request my sabbatical from work. Also, in Fall 2022, I will be eligible to apply for full professorship at my institution. Allow me to share with you a few academic things I have done this year:

  1. Wrote a book on Theological education, hermeneutics, diversity, and human flourishing (I submitted the final manuscript about three months ago to the publisher: Wipf and Stock publishers); hopefully, the book will be released in summer 2022.
  2. Completed five academic book reviews for peer-review journals:

a) Dubois, Laurent, Kaiama L. Glover, Nadève Ménard, Millery Polyné, and Chantalle F. Verna, eds. “The Haiti Reader: History, Culture, Politics” (Duke University Press, 2020).

b) Chelsea Stieber, “Haiti’s Paper War: Post-Independence Writing, Civil War, and the Making of the Republic, 1804–1954” (NYU, 2020)

c) Raphael Dalleo, “American Imperialism’s Undead: The Occupation of Haiti and the Rise of Caribbean Anticolonialism” (University of Virginia Press, 2016)

d) Raoul B. Altidor, “Haiti and the American Military Occupation (1915-1934)” (CIDHICA Publisher, 2019)

e) Todne Thomas, “Kincraft: The Making of Black Evangelical Sociality” (Duke UP, 2021)Directed/conducted six interviews for Haiti Then and Now’s interviews series: “Haitian Thinkers in the Public Space”

3. Directed/conducted six interviews for Haiti Then and Now’s interviews series: “Haitian Thinkers in the Public Space”

4. Reviewed 2 book manuscripts for academic publishers.

5. Participated in three academic conferences: chaired four panels and delivered three individual papers.

6. Taught five courses: 3 hybrid ones and 2 exclusively online courses

7. Co-edited our Students’ Journal associated with the Writing Club: the second issue came out two months ago.

8. Taught an additional course at a University in Haiti—as a Visiting Professor.

9. Wrote six letters of recommendation for students, friends, and colleagues.

10. Published four opinion pieces in various online media newspapers and magazines

11. Delivered two keynotes as invited guest.

12. Wrote two book endorsements for two publishing presses.

13. Conceived a new book project and wrote the Call for Papers for an edited volume on interreligious dialogue between Vodou and Christianity in Haiti

14. Mentored and helped two friends who are writing their doctoral dissertations.

15. Held (I was the guest speaker) two training conferences for Haitian leaders and clergy.

16. Published a new book, that is, an edited volume with Paul Mocombe: “Reconstructing the Social Sciences and Humanities: Anténor Firmin, Western Intellectual Tradition, and Black Atlantic Tradition” (Routledge, April 2021)

17. Contributed two book chapters (one in French, the other in English) to two excellent volumes.

*** I am thankful to the most gracious and the most compassionate God for sustaining me, my family, my students, and my friends throughout this challenging year.

What I am looking forward to in the New Year 2022:

• The Year 2022 will be the year of rest for me.
• I will not be writing anymore book reviews for academic journals.
• I will not take on that many speaking engagements nor will I get involved in so many writing activities.
• The Year 2022 will bring a radical change in my academic year. I will announce the news later next year.
• I would like to spend the following year strengthening my spiritual walk with God, enhancing my relationships with my family and siblings, and improving my interactions with friends and colleagues.
• In 2022, I hope to resume an important activity that I enjoyed doing before COVID: hanging out with and feeding the poor and the homeless at the City Park in Fort Pierce.

C. S. Lewis and The Abolition of Man

“Entrefilets (14 novembre 2019)

http://www.entrefilets.com/index.html

Contre l’abolition de l’homme

(De la bataille contre le Système, épisode VI)

Certains livres vous tombent dessus comme un météore dont l’impact n’est que lumière. C’est ainsi qu’au détour d’un échange avec un éditeur Suisse installé à Paris, j’ai entendu parler pour la première fois de «L’abolition de l’homme», un bouquin fulgurant, d’une actualité sidérante, pourtant écrit durant la Seconde guerre mondiale par l’auteur irlandais C.S. Lewis (1). L’écrivain y démontre que le rejet de toute morale universelle, le subjectivisme absolu de notre modernité en somme, a conduit notre civilisation à remplacer l’éducation des individus par leur «conditionnement» à des valeurs détachées du réel et qui, à terme, conduisent à la «capitulation de la Nature humaine» au profit d’une élite de surmorts (2). L’occasion idéale d’un épisode VI donc, à notre série «De la bataille contre le Système» (3)…

De Orwell Ă  Huxley

Dans son roman «1984», Orwell avait imaginé un Etat totalitaire s’imposant par la violence, la surveillance, la manipulation de la langue et le contrôle des médias. Dans son «Meilleur des mondes» (4), Huxley avait quant à lui eu l’intuition que le totalitarisme auquel aboutirait fatalement le capitalisme dans sa version ultime serait un totalitarisme dans lequel, ivres de consommation et gavés de divertissements (5), les esclaves auraient «l’amour de leur servitude».

Aujourd’hui, nous constatons que la réalité qui s’impose peu à peu se situe exactement entre les deux: surveillance, Novlangue et contrôle des médias pour tous ; «amour de la servitude» pour ceux que le Système a correctement formatés et, lorsque la situation l’exige (et elle l’exigera toujours davantage à mesure qu’il deviendra impossible de satisfaire aux désirs des masses), violence et répression pour les récalcitrants.

Dans l’intime du processus de déshumanisation

L’immense mérite de C.S. Lewis est de nous conduire dans l’intime de ce processus de formatage, de déshumanisation qui permet au Système d’inculquer in fine aux esclaves «l’amour de leur servitude».

Son postulat est clair. C’est le rejet par le Système de toute morale universelle, le dénigrement des valeurs traditionnelles et le subjectivisme qui en découle qui permettent, grâce à une éducation pervertie, de détacher l’homme de son humanité en le transformant en un «produit fabriqué».

Pour Lewis en effet, toutes les grandes civilisations et religions se recoupent sur les principes moraux essentiels, attestant de «l’objectivité des valeurs».

Cet ordre moral objectif, cette loi naturelle, forme ainsi un socle commun permettant à chacun de s’épanouir en harmonie avec la vérité du monde et de la condition humaine. Certaines attitudes sont ainsi réellement justes, d’autres réellement fausses, c’est-à-dire «conformes à la réalité de ce qu’est l’univers et de ce que nous sommes».

La juste valeur

Contrairement à ce que préconise l’éducation moderne où le concept même de «jugement de valeur» est devenu péjoratif, où tout n’est que subjectivité, il rappelle que le jugement de valeur n’a rien de subjectif justement, mais s’appuie sur des vérités reconnues, identifiées comme telles par l’ensemble des civilisations et religions.

Les choses sont ainsi objectivement belles ou laides, bonnes ou mauvaises, et on peut les apprécier à leur juste valeur car elles en ont une; ou les haïr dans une juste proportion au regard de ce qu’elles ont d’objectivement haïssable. A l’appui de sa thèse, il cite notamment Aristote: «Le but de l’éducation est d’apprendre à aimer et à haïr ce qu’il convient d’aimer et de haïr» ; puis Platon: «Le jeune homme bien élevé blâme et hait le laid avec un juste dégoût, et loue avec délice la beauté en l’accueillant dans son âme et en s’en nourrissant pour devenir un homme au cœur doux».

Ainsi, les émotions ou sentiments ne sont peut-être pas logiques, mais ils sont «soit raisonnables ou déraisonnables», en fonction de leur adéquation à la juste valeur des choses sur lesquels ils portent. Pour Lewis, «la tête gouverne les entrailles par l’intermédiaire du cœur, qui est le siège d’émotions organisées en sentiments stables par des habitudes bien entraînées».

En résumé : «Le cœur ne peut prendre la place de la tête, mais il doit lui obéir (…). Ne pas être résolu sur les fondements ultimes, soit de la raison théorique soit de la raison pratique, est [dès lors] bêtise pure.»

Un nouveau catéchisme perverti

Pour Lewis, ce condensé de croyances fondamentales, cette loi naturelle reconnue par toutes les civilisations et religions – et qui permet d’organiser les émotions en «sentiments stables» – est logiquement «la seule source de tous les jugements de valeur».

Il estime ainsi que l’homme ne peut pas davantage «créer» de nouvelles valeurs qu’il ne peut «créer de nouvelles couleurs». «Il n’y a jamais eu et il n’y aura jamais de jugement de valeur radicalement nouveau dans l’histoire de l’humanité.»

Dès lors, la prétention de notre modernité à rejeter les valeurs traditionnelles pour leur en substituer de nouvelles est une formidable supercherie. Supercherie commandée au demeurant par une minorité d’individus encagée dans une idéologie.

Pour Lewis, ces prétendues «nouvelles valeurs» ne sont en effet que des fragments de la morale universelle «arrachés arbitrairement de leur contexte global et démesurément gonflés jusqu’à la folie dans leur isolement».

Et c’est exactement de cela qu’il s’agit lorsque notre Système hypertrophie par exemple le principe d’égalité entre homme et femme jusqu’à vouloir les confondre au point, comme le prophétisait Nietzsche, «qu’il leur deviendra impossible de s’aimer»; c’est exactement de cela qu’il s’agit lorsque notre Système hypertrophie le principe de liberté au point d’imposer partout laideur et vulgarité ; c’est exactement de cela qu’il s’agit lorsque notre Système hypertrophie le principe de tolérance et prétend faire de la déviance la norme, voire de la norme la déviance ; c’est exactement de cela qu’il s’agit lorsque notre Système hypertrophie enfin sa vertu autoproclamée tout en en faisant un instrument de guerre pour convertir la planète à sa nouvelle morale dégénérée.

De l’éducation à la propagande

Bien sûr, souligne Lewis, la morale universelle admet un développement de l’intérieur, car c’est de l’intérieur que vient la seule autorité pour la faire évoluer. Donc par ceux qui en ont une connaissance profonde, qui en sont pénétrés, et non pas par quelques philosophes-amateurs, militants encagés dans leur idéologie et leur temps. C’est la différence entre «transformer de l’intérieur et modifier depuis l’extérieur, la différence entre l’organique et le chirurgical».

Aujourd’hui, le dénigrement des valeurs traditionnelles et le subjectivisme totalitaire ont donc permis l’instauration d’un nouveau catéchisme, d’une nouvelle morale qui se veut à portée universelle alors qu’elle est construite sur des «valeurs» amputées, perverties, tronquées ou «amplifiées jusqu’à la folie dans leur isolement», des valeurs qui ont pour point commun toutefois de servir l’idéologie nihiliste du Système et du Marché, au seul profit de l’élite qui les gouvernent.

Il faut donc, insiste Lewis, «reconnaître une validité absolue aux truismes fondamentaux de la raison pratique». Car seule la morale universelle fournit à l’action humaine «une loi commune qui peut à la fois englober les gouvernants et les gouvernés», qui «permet à l’autorité de ne pas être tyrannie, à l’obéissance de ne pas être esclavage.»

Or si l’ancienne éducation, fondée sur les valeurs traditionnelles, était «une sorte de propagation où des hommes transmettaient la force de leur humanité aux hommes, résume Lewis, la nouvelle n’est que propagande. Là où l’ancienne éducation initiait, la nouvelle conditionne.»

Soumettre la nature, puis l’homme

Cette volonté de s’émanciper des contraintes morales de la nature humaine n’est qu’une suite logique à notre prétendue domination sur la Nature.

Puisque nous nous sommes rendus maîtres de notre environnement, pensent les faux-prophètes du Système, nous pouvons nous débarrasser de toute morale universelle, de toute loi naturelle bref, de toutes les scories des dieux que nous avons brûlés pour inventer notre propre religion, reformater une humanité selon nos seuls désirs, nos seuls instincts, mais dans le respect des lois du Marché bien entendu.

Sur cette idée de domination de l’homme sur la Nature, Lewis apporte un démenti cinglant. «Le pouvoir de l’homme sur la nature, dit-il, n’est que le pouvoir de certains hommes sur d’autres». Le pouvoir de générations qui, par leurs choix, limitent le pouvoir des suivantes. «Tout nouveau pouvoir conquis par l’homme est un pouvoir sur l’homme. Chaque progrès le rend à la fois plus fort et plus faible, puisque chaque progrès s’impose à l’homme, conditionne son avenir et limite ses choix.»

«L’étape ultime sera atteinte lorsque l’homme, par l’eugénisme, le conditionnement prénatal et une éducation et une propagande fondée sur une psychologie parfaitement appliquée, sera parvenu à exercer un contrôle total sur lui-même. La nature humaine sera la dernière composante de la Nature à capituler devant l’homme.»

L’hyper-pouvoir contre l’humanité

Bien sûr, de tous temps, on a essayé de faire capituler la Nature humaine pour façonner un nouvel homme. Mais sans jamais y parvenir.

Sauf que, prophétise Lewis dès 1943, «les façonneurs des humains de l’ère nouvelle seront dotés des pouvoirs d’un Etat omni-compétent et armés de techniques scientifiques irrésistibles. Nous serons enfin face à une race de conditionneurs qui pourront réellement façonner toute postérité dans le moule qui leur convient.»

Inutile de dire que cette phrase peut-être réécrite désormais au présent. Dans le premier épisode de «La bataille contre le Système» (6), nous avons détaillé l’hyperpuissance dont disposent aujourd’hui les nouveaux maîtres du monde, et le caractère effectivement «irrésistibles» des techniques de conditionnement dont ils disposent.

Et à la question de savoir si ces «conditionneurs» sont intrinsèquement mauvais, Lewis apporte une réponse vertigineuse : «Pour eux, le bon et le mauvais sont vides de sens, puisque c’est d’eux que doit dépendre le sens de ces mots. (…) Je ne crois pas que ces hommes soient mauvais, je crois plutôt que ce ne sont pas du tout des hommes (dans l’ancienne acception du mot). En d’autres mots, ce sont des gens qui ont sacrifié leur part d’humanité au sens traditionnel du terme pour se consacrer à la tâche de décider ce que l’humanité doit signifier à l’avenir.»

En reniant la morale universelle, la loi naturelle, souligne Lewis, «ils ont sauté dans le vide».

Quant aux esclaves dont le formatage aura réussi, Lewis estime qu’il ne s’agit pas nécessairement de gens malheureux, mais de gens qui ont «perdu toute humanité: ce sont des produits fabriqués».

Et de prononcer sa sentence finale : «La conquête finale de l’homme s’avère être l’abolition de l’homme».

Conclusion

Reconnaître comme intangible la loi naturelle et la morale universelle partagées par les civilisations et les religions depuis des temps immémoriaux; reconnaître qu’elles sont le fondement unique de jugements de valeur objectifs : voilà qui vous place immédiatement, selon le nouveau catéchisme, dans la catégorie des obscurantistes.

Mais on pourrait toujours rétorquer qu’il ne s’agit finalement là que d’un jugement de valeur, sans valeur donc. Petite pirouette qui permet au passage de souligner la bêtise d’une nouvelle philosophie dont le principe fondateur porte en lui l’évidence de son impossibilité.

Au final, ce livre de C.S. Lewis est un monument d’intelligence et d’intuition haute, qui nous dit beaucoup de l’idéologie nihiliste du Système et de sa mécanique intime.

Le constat est là : l’éducation moderne et la propagande diffusée par des médias sous contrôle ne visent en rien à éveiller les hommes et à les élever, mais au contraire à créer dans leur cœur et leur esprit un brouillard insensé qui permet à l’élite des surmorts du Système de les réduire en esclavage.

Reste donc à savoir si une révolte est possible face à un formatage de l’humanité opéré avec une telle puissance. La crainte est en effet très forte que, comme la grenouille plongée dans un bain porté lentement à ébullition ne s’aperçoit de rien et fini bouillie sans le savoir, les hommes s’habituent, d’une génération à l’autre, à vivre sans autres valeurs que celle de leur Moi surdimensionné, sans autres valeurs que celle de leur désirs et de leur plaisirs confondus, dans l’amour de leur servitude.

«On ne regarde plus les arbres comme les dryades et on n’en voit plus la beauté dès l’instant où on les débite en planches, explique Lewis. Le premier à le faire à sans doute ressentit cruellement ce qu’il en coûtait.» Mais ensuite?

Le regard glacé que nous force à poser sur les choses le nouveau catéchisme du Système est celui du scientifique formaté qui s’interdit tout jugement de valeur sur l’objet observé, en nie toute valeur objective et, ainsi, le prive d’une partie de sa réalité, peut-être même la plus importante.

Avec son nouveau catéchisme, le Système nous éduque désormais à réduire notre vision du monde à quelque chose de totalement subjectif et, ce faisant, il nous impose d’en nier la valeur au sens traditionnel du terme, d’en nier la part divine en somme.

C’est la vision que portent sur le monde les surmorts qui prétendent façonner l’homme nouveau: un monde sans dieu, sans humanité, sans valeur et sans âme, un monde déjà mort, comme eux.

Un regard glacé et glaçant qu’à terme, ils nous invitent à poser sur nous-mêmes.

A bon entendeur comme on dit…

Notes

  1. C.S Lewis
  2. Nous avons emprunté le terme de «surmorts» à l’écrivain et poète suisse Maurice Chappaz qui, dans une lettre de 1968 écrivait : «J’ai localisé le pouvoir réel, brutal dans l’économie et vu les velléités, les complicités, les mensonges, le blanc qui devient noir dans les partis politiques, tous les partis. Et le social a comporté pour moi un élément de dégoût que tu ne peux imaginer: le nazisme. Le commercial totalitaire le resuce en lui: cette tuerie d’arbres, de phoques, cet empoisonnement de l’air, des eaux, ces massacres divers et cette propagande, cette réclame pour l’englobant industriel, le «progrès» carrément détachés de l’humain. Les vrais parasites modernes ne sont pas les clochards, les beatniks, mais justement les activistes de la construction inutile, du gaspillage des sources et des ressources, spéculateurs, menteurs en tous produits et appétits. Nous connaissons aussi ces volontés de puissance à l’œil parfois très intelligent de surmorts, qui délèguent aux fonctions publiques les bureaucrates, des types, des espèces de chauves graisseux moins costaux qu’eux-mêmes. Les surmorts ont besoin d’otages, de médiocres qui limitent toujours un pays aux affaires.»
  3. Tous les épisodes de La bataille contre le Système
  4. Une interview de Aldous Leonard Huxley
  5. Voir aussi le concept de «Tittytainment»
  6. De la bataille contre le Système, épidose I

“Price-Mars and the new Haiti”

“Price-Mars and the new Haiti”

The more I think about the predicament of contemporary Haitian politics and the crisis of contemporary Haitian intelligentsia and elite group, the more I believe Jean Price-Mars’ sustaining thesis and radical nation-building project in “La Vocation de l’Élite”/”The Vocation of the Elite” (1919) are still relevant for us today to help reformat Haiti’s political order and civil society and to redirect the actions, paths, and hearts of Haitian politicians and thinkers toward the common good and human flourishing in society.

*** I am an optimist human being and thinker who still believes in the old saying that it’s never too late to redeem humanity; to save a nation (Haiti) that has a long catalogue of political bankruptcy and unfulfilled moral demands; and a people (the Haitian people) with a long history of oppression and suffering, and a “forced” survival narrative.

“How to Raise Human Dignity Very High and Affirm our Shared Humanity in the most Excellent Way”

“How to Raise Human Dignity Very High and Affirm our Shared Humanity in the most Excellent Way”

“But I tell you, love your enemies and pray for those who persecute you” (Matthew 5:44).

What a tough message to listen to, and what a hard thing to do!

The command to “Love your enemies” simply means to treat people who do not like you or those who hate you with kindness and understanding; it is also a candid instruction to treat them with the same attitude as those who like, admire, favor, or love you.

The call to love the people who despise you is a clarion call to self-examination, to practice humility, and to work toward internal healing through the process of (self-)forgiveness and freeing yourself from anger and an attitude of retaliation or vengeance. Love allows us to be both vulnerable and self-giving.

To pray for the individuals who are persecuting you or those who are causing you pain and suffering is the highest form of Christian spirituality and the noblest expression of human care and empathy toward someone, including your oppressors and abusers. Praying for your enemies and oppressors will lead you to confront your own alienation and vengeful attitude to pursue the welfare and peace of those individuals. Arguably, praying in this way is an act of self-liberation and mental rehabilitation. Intercessory prayers, like the act and practice of love, invite us to go beyond the possible and the visible.

Interestingly, love and prayer are the best gifts an individual can extend to his or her oppressor and abuser. Loving one’s enemies is act of prayer, that is, to earnestly seek divine favor to embark on the journey of reconciliation and peace-making. We become more human and Christ-like when we love and pray for the individuals who can’t stand us. Loving someone, especially the abuser, the enemy, the oppressor, is another way to celebrate (their) human dignity and to affirm someone’s humanity. In the same line of thought, intercessory prayers on behalf of the abuser, the enemy, and the oppressor is the most effective strategy to promote peace and harmony between two individuals who were once enemies and lived in alienation with one another.

The peacemakers are not only children of God when they live in harmony with God and other human beings; they are also individuals who live in peace with their enemies and seek divine favor or blessings on behalf of their persecutors.

“Stay in your LANE”

“Stay in your LANE”

I just don’t like when religious and biblical scholars, and theologians don’t stay in their “academic lane.” A PhD in Theology or Old Testament does not qualify someone to be an authority in the discipline of Chemistry or a specialist in Economics. Learning about God and Christian theology in seminary or Divinity school, or being well-versed in Biblical Studies scholarship does not make someone wise nor does this particular training encompass all different academic territories and epistemologies in the academia and higher learning. Studying the Bible, Yoruba religion, Spirit-based religions, the Qur’an, the Midrash, the Talmud, and the Vedas does not make anyone an expert on every academic discipline outside these religious systems or fields of religion and theology.

In the same line of thought, having a Phd in Physics or Molecular Biology does not make one an expert in Ancient History or Medicine.

If you do not know something, it is okay to say “I do not know.” Please do not mislead students or anyone else with false information or unqualified instructions.

Stay in your lane, my friend!

“A Thanksgiving Poem” by Paul Laurence Dunbar (1872-1906)

“A Thanksgiving Poem” by Paul Laurence Dunbar (1872-1906)

The sun hath shed its kindly light,
Our harvesting is gladly o’er
Our fields have felt no killing blight,
Our bins are filled with goodly store.

From pestilence, fire, flood, and sword
We have been spared by thy decree,
And now with humble hearts, O Lord,
We come to pay our thanks to thee.

We feel that had our merits been
The measure of thy gifts to us,
We erring children, born of sin,
Might not now be rejoicing thus.

No deed of our hath brought us grace;
When thou were nigh our sight was dull,
We hid in trembling from thy face,
But thou, O God, wert merciful.

Thy mighty hand o’er all the land
Hath still been open to bestow
Those blessings which our wants demand
From heaven, whence all blessings flow.

Thou hast, with ever watchful eye,
Looked down on us with holy care,
And from thy storehouse in the sky
Hast scattered plenty everywhere.

Then lift we up our songs of praise
To thee, O Father, good and kind;
To thee we consecrate our days;
Be thine the temple of each mind.

With incense sweet our thanks ascend;
Before thy works our powers pall;
Though we should strive years without end,
We could not thank thee for them all.

“Rememering Ahmaud Arbery: Justice is Love in Public”

“Rememering Ahmaud Arbery: Justice is Love in Public”

Today, the nation learned that the jurors declared their final verdict to the killers of Mr. Ahmaud Arbery and found all three guilty. We still need to remember Ahmaud Arbery and his family, and all of the innocent people who have been murdered unjustly in this country. Justice is a struggle in our legal system, but justice is what love looks like in public.

On May 8, 2020, I published an article for “The Witness” to reflect on the innocent death of Ahmaud Arbery and to lament on the dehumanization of Black and Brown lives in the American society, and the problem of justice in our Legal system. The title of the piece was “On Ahmaud Arbery, the Killing of Whiteness, & the Preservation of Black Lives “

“There’s something terribly wrong with this country’s justice system if we have to celebrate the arrest of those who have committed horrific acts of evil or violence against Black and African people.

That was the national response yesterday (May 7, 2020) when Glynn County Police Officers arrested the two white supremacists who slaughtered jogger Ahmaud Arbery on February 23, 2020, in Brunswick, Georgia. Arguably, this incident illustrates the gaping hole in America’s democratic wall.

If Black people in this country have to demand and plead for justice every time a crime is committed against us, there’s something tragic about our democracy, our collective moral conscience, and our regard for human life and dignity.”